Si les profondeurs de notre esprit recèlent d'étranges forces capables d'augmenter celles de la surface, ou de lutter victorieusement contre elles, il y a tout intérêt à les capter, à les capter d'abord, pour les soumettre ensuite, s'il y a lieu, au contrôle de notre raison.

Manifestes du surréalisme, André Breton

jeudi 27 mars 2008

Un Chai Wallah a Calcutta

Adieu jolies dames du Nepal et rebonjour tres cher Bharat (nom indien pour l'Inde). Apres un tres court vol d'une heure provenant de Kathmandu, je suis finalement de retour en Inde, plus specifiquement a Calcutta (maintenant prononce Kolkata).
Premierement, je doit admettre que je deviens super excite lorsque je prends l'avion. D'apres moi, ca vaut la peine de payer une fortune juste pour le fait de voler. J'adore tout simplement l'experience, incluant les turbulences. En fait, j'ai quasiment deja hate de reprendre l'avion pour ma prochaine destination, ce qui devrait se faire tres bientot car je me dirige vers Darjeeling dans 2-3 jours.
Arrive a l'aeroport, j'ai trouver deux braves compagnons pour partager une promenade en vieil Ambasador direction Sudder Str, le quartier des hotels cheap pour bohemiens. Moi et un de mes compagnons, en fait c'est une compagne (une japonaise) et non un compagnon, avons decider de partager une cellule dans un guesthouse hypercheap (ca m'a coute 2 dollars).
(petite parenthese sur ce qu'est un Ambassador, comme dirait wikipedia:Ambassador was an automobile produced by the Yellow Cab Manufacturing Company of Chicago, Illinois, U.S., between 1922 and 1926. Initially sold for use as a taxicab, the Model D-1 was introduced as a "drive-yourself" model in 1924. Yellow Cab eventually became Hertz Rent A Car.)
J'aime bien l'ambiance de Kolkata, il y a definitivement quelque chose de special ici. La musique est dans l'air, les voyageurs sympathiques, beaucoup de jeunes font du benevolat dans des organismes connu comme celle de mere Theresa et il y a bien sur la folie indienne avec tout son charme.
Aujourd'hui au menu: un peu de shopping, question de m'equipper en chemises, profiter de la vibe de Kolkata, et un switch d'hotel ou je vais attendre mes collegues pour aller explorer le merveilleux monde du the du nord est de l'Inde. Kevin et Seb devrait arriver tot demain matin a l'hotel et ensuite une semaine intense s'annonce.

vendredi 14 mars 2008

Boudhanath Chilling Zone


Ah quel plaisir d'etre au Nepal!
La photo que vous pouvez contempler est la vision que j'ai tout les matins. Une gigantesque stupa qui represente l'esprit d'eveil du Bouddha. Je suis presentement un enseignement sur un texte recemment traduit du grand Mahasiddha Indien Saraha. Le texte fait partit d'un cycle de chants appelle The Treasury of Songs. C'est un fameux Lama de la lignee Karma Kagyu, Thrangu Rinpoche, qui nous transmet cet enseignement. Fascinant! Il sagit d'un enseignement sur le Mahamudra d'une simplicite et une clarete jouissive.
A par ca, je me suis deniche quelques merveilleux tresors dans Kathmandu et Patan. Les artisans du Nepal sont repute pour leurs talents. Les villes sont parseme d'oeuvres d'arts et de chefs d'oeuvres d'arts religieux.
Les endroits que j'ai visites jusqu'a present: plusieurs monasteres, Patan, Swayambunath, Pharping et un temple dedie a Kali a Darshinkali. Disons que ce dernier m'a motive a renouveller avec mon vegetarisme... voir des animaux sacrifies live n'est pas un des plus beau spectacle a voir, surtout quand c'est fait de facon mecanique et sans conscience. Business as usual en ces lieux.

mercredi 5 mars 2008

Chai Chai



Mon pelerinage est officiellement terminer. Je suis de retour au point de depart, Delhi afin de planifier la prochaine etape et de relaxer un tout petit peu.
J'ai eu la chance de visiter pour la deuxieme fois Bodhgaya, la mecque de tout bouddhismes. Bodhgaya est l'endroit ou le Bouddha atteigna l'eveil sous un arbre. Le lieu est encercle de temples provenant de tous les pays bouddhistes du monde. Incroyable voyage parmi les differentes constructions culturelles auquelles les enseignements du Bouddha a su s'adapter.
Non loin de la, nous avons visite les ruines d'une des premieres universites internationales au monde, Nalanda. Des moines bouddhistes de partout dans le monde venait etudier en ces lieux. Concernant le curriculum:

"...virtually the entire range of world knowledge then available. Courses were drawn from every field of learning, Buddhist and Hindu, sacred and secular, foreign and native. Students studied science, astronomy, medicine, and logic as diligently as they applied themselves to metaphysics, philosophy, Samkhya, Yoga-shastra, the Veda, and the scriptures of Buddhism. They studied foreign philosophy likewise."

Situer dans l'etat du Bihar, un des lieux les plus corrompus et delaisse de l'Inde, les ruines des origines du bouddhisme on subit une cure de renaissance grace au financement des communautes tibetaine en exiles et du Japon pendant les dernieres decennies.

Nous avons quitte le Bihar le 3 mars direction Agra pour voir le Taj Mahal et le Fort d'Agra. Deux merveilles de l'ingenuousite humaine. Aucun mot ne peut decrire la beaute de ces creations architecturales tire directement des contes des milles et une nuits. Je mettrai des photos sur Flickr bientot.

Le 7 mars je partirai pour Kathmandu, question de changer d'air et de pays. Deux semaines de voyages intensifs en Inde est assez drainant.

mercredi 27 février 2008

La Rivière du Temps


Varanasi, une des plus vieille cité au monde. Des gens provenant de partout en Inde viennent bruler les corps de leurs proches sur les ghats, ces marches qui plonge dans le Gange. Ce matin nous avons naviguer le Gange pour contempler le lever du soleil. Petite visite en ville également. Comme partout en Inde c'est un monde hétéroclite ou tradition et folie de notre monde moderne coexiste. Publicité, cellulaire, touriste, mendiants, anciens temples, sadhus, extrême d'odeurs, méditants, musique, rituels, Benares semble contenir l'Inde en entier en elle.
Il y a une extrême beauté dans tous ce chaos.
À quelques minutes seulement, on peut trouver Sarnath, un havre de paix comme la plupart des sites bouddhistes en Inde. C'est là que le Bouddha donna ses premiers enseignements et on peut encore y trouver les ruines d'anciens monastères.
Ce fut une semaine très intense, positivement intense. De Delhi à Dharamsala, de Dharamsala à Tso Pema, de Tso Pema à Derha Dun, nous avons eu la chance de rencontrer et d'avoir des enseignements de plusieurs Lamas, tous d'impressionnant personnages. Nous avons couvers des espaces géographiques très diversifiés et l'espace psychique navigué en une semaine semble être un vaste océan. Il va me falloir un bon moment de sédentarité en un lieu pour bien assimiler tout ce qui s'est passé en une semaine.

dimanche 24 février 2008

Vue de la Grotte de Padmasambhava


Vue de la Grotte de Padmasambhava, première mise en ligne par Epiphysis.

Une image vaut mille mots

vendredi 15 février 2008

Test de Rorschach

Here follows some psycho-metaphysics.
If you are not hot for philosophy, best just to skip it.
The Aneristic Principle is that of apparent order; the Eristic Principle is that of apparent disorder. Both order and disorder are man made concepts and are artificial divisions of pure chaos, which is a level deeper than is the level of distinction making. With our concept making apparatus called "mind" we look at reality through the ideas-about-reality which our cultures give us.
The ideas-about-reality are mistakenly labeled "reality" and unenlightened people are forever perplexed by the fact that other people, especially other cultures, see "reality" differently.
It is only the ideas-about-reality which differ. Real (capital-T) True reality is a level deeper than is the level of concept. We look at the world through windows on which have been drawn grids (concepts). Different philosophies use different grids. A culture is a group of people with rather similar grids. Through a window we view chaos, and relate it to the points on our grid, and thereby understand it. The order is in the grid. That is the Aneristic Principle. Western philosophy is traditionally concerned with contrasting one grid with another grid, and amending grids in hopes of finding a perfect one that will account for all reality and will, hence, (say unenlightened westerners) be True. This is illusory; it is what we Erisians call the Aneristic Illusion. Some grids can be more useful than others, some more beautiful than others, some more pleasant than others, etc., but none can be more True than any other. Disorder is simply unrelated information viewed through some particular grid. But, like "relation", no-relation is a concept. Male, like female, is an idea about sex. To say that male-ness is "absence of female-ness", or vice versa, is a matter of definition and metaphysically arbitrary. The artificial concept of no-relation is the Eristic Principle. The belief that "order is true" and disorder is false or somehow wrong, is the Aneristic Illusion. To say the same of disorder, is the Eristic Illusion. The point is that (little-t) truth is a matter of definition relative to the grid one is using at the moment, and that (capital-T) Truth, metaphysical reality, is irrelevant to grids entirely. Pick a grid, and through it some chaos appears ordered and some appears disordered. Pick another grid, and the same chaos will appear differently ordered and disordered. Reality is the original Rorschach.
Verily! So much for all that.
– Malaclypse the Younger, Principia Discordia, Pages 00049–00050

jeudi 14 février 2008

Bientôt un départ


Doux manteau hivernal, première mise en ligne par Epiphysis.


Ah douceur hivernale! Je te quitte bientôt pour rejoindre les extrêmes de chaleur et de poussière, de bruits et d'odeurs. Je ne quitte pas pour éviter l'hivers québécois... j'adore l'hivers et sa beauté. J'adore la morçure du froid, la lourdeur des vêtements et mon chapeau de poils. C'est peut-être pour cette raison que je me sens surtout attiré par le nord de l'Inde, les montagnes, les Himalayas. Mais bon, ce n'est pas encore décider à quel point j'irai en altitude... Tout dépendera de la force ma nostalgie